Et si le Far-West était encore là, même dans la nourriture ?

Au tout début, j’avais remarqué qu’ici tout était gros. Je ne pouvais imaginer à quel point.

20171009_173401

Ce qui est intéressant, c’est d’être à la fois dedans ET du point de vue de l’observateur.

Bien entendu, il est toujours plus facile d’aller voir la paille dans l’œil de son voisin…

Puissions nous être aussi curieux et « critiques positifs » quand nous serons de retour.

4f535cfbf1c29be41b9d9bccbb31ba05

Le fils d’amis d’Aix Les Bains, qui est pompier aux USA, fait le constat qu’ils ont énormément d’interventions pour des problèmes liés aux maladies cardio-vasculaires, clairement liées à la nourriture. Il dit qu’au US, par rapport à la bouffe, ils ne remettent rien en question car c’est culturel d’après lui. Une fatalité qu’il faut admettre.

La mal-bouffe serait donc culturelle…

594bc6bd3f46ff331476280671d7745c

Le ranch des poulets sans os.

J’avoue que je ne sais quoi penser du côté « culturel ». Pourquoi des quantités aussi importantes, pourquoi malgré les apparences une grande uniformité et une toute petite variété des produits, pourquoi autant de sucreries ?

Ce qui me vient et je crois l’avoir écrit dans le blog ou bien c’est dans un article à venir, c’est qu’ils ne sont jamais vraiment sortis du far-west.

Du temps de la conquête :

Ils n’avaient pas grand chose à manger.

Il n’y avait pas une immense variété (sauf en Californie sans doute, mais ils ont vraiment dû parcourir du chemin avant d’arriver là).

Pour la plupart, c’étaient des pionniers issus de pays où on crevait de faim et où bien souvent la variété n’était pas au rendez vous non plus.

Ils avaient tous une vie plutôt amère avant d’avoir trouvé où s’installer (et peut-être même après, en témoignent dans les petits villages isolés toutes ces tombes de tout petits, morts très tôt ou même à la naissance).

D’où peut-être des gens qui se sont remplis pour compenser tout ça, des gens qui ont eu besoin de douceurs, et donc des habitudes alimentaires d’aujourd’hui qui viennent de loin.

669dbfdbb9066e98c06c5497ac146604

Ok, laquelle ça va être aujourd’hui ? Laqueelllllle ça va être aujourd’hui ?

Psychologie alimentaire de bar tabac de ma part ?  Peut-être,  mais je pense sérieusement que le far-west n’est jamais loin.

Les pubs dans la boîte aux lettres

Comme partout, on peut faire des affaires en période de rentrée.

Partout, des « Clearance », c’est-à-dire, on solde pour faire du vide (to clear). Mais quand on solde, on solde : -80%.

Et évidemment, nous trouvons notre boîte aux lettres remplie de pubs…

Ici, tout se vend par lots, enfin beaucoup de choses.

Une variété extraordinaire et des produits plutôt très bons, notamment les fruits, pour des prix très corrects.

Ci dessus, on insiste sur le non gâchis de nourriture, on dit qu’on fournit l’équivalent des restos du coeur, qu’on encourage les fermes locales et qu’on utilise du compost; le bio a totalement droit de cité, plus cher, mais très présent.

Mais les pubs dans les boîtes aux lettres, c’est aussi ça, saison de la chasse oblige.

On peut aussi se faire plaisir avec la mythique Winchester ou copie de Wynchester.

20170906_192918

Et pour un autre type de chasse

Il y a même des rabais et ce n’est pas si cher que ça, tout bien considéré.

Il faut convenir que ce sont malgré tout des petits calibres, mais on peut trouver les gros. Pas de souci !

Salt Lake City Downtown Harmon’s Store

Harmon’s est une enseigne de produits de qualité, plutôt chers.

20170910_140131.jpg

Exemple, ce petit bout de gruyère suisse à 8,80 $.

Nous étions déjà rentrés dans un de ces magasins plus au sud de la ville et l’occasion nous a été donnée, par hasard, de rentrer dans celui de Salt Lake City centre ville (Downtown).

Magnifique magasin, comparable Au Bon Marché à Paris, ou à Harrod’s à Londres pour sa partie alimentation.

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais quand nous en sommes sortis, une vieille dame s’est avancée vers nous ou plutôt vers moi : « I wanted to thank you. »

Très bien, la vieille dame voulait me remercier mais je ne voyais pas pourquoi. Et elle d’expliquer que tout comme moi, elle faisait des photos du magasin depuis la coursive supérieure parce qu’elle trouve, elle aussi, ce magasin « amazing », surprenant, beau, génial.

Ce qu’elle ajoute, c’est qu’elle m’a vu filmer le magasin et que jamais elle n’avait pensé à faire ça, que c’était un superbe idée et c’est pourquoi elle voulait me remercier.

Un amour de vieille dame.

Je lui ai toutefois dit que je ne filmais pas mais que je faisais un panoramique. Etonnement de sa part. Je lui montre. Elle ne connaissait pas. Nous cherchons sur son téléphone; nous trouvons; je lui montre comment faire; elle se répand en nouveaux remerciements; et elle repart dans le magasin pour mettre en oeuvre immédiatement sa connaissance toute neuve.

Un tout petit moment d’humanité. Magique. Gratuit. Et tellement délicieux.

Mais souvent les gens ici sont comme ça. Le peuple américain a ses brutes c’est évident. Nous n’en avons guère rencontrés. Ca ne nous manque pas. En revanche, nous avons souvent vécu des tout petits moments comme ça. Des gens qui osent dire. Le nombre de fois où des femmes ont complimenté Linda pour ses robes. Incroyable.

Des gens gentils. Et nature.

Nous avons cette chance là de rencontrer souvent des gens comme ça. Ou de voir plutôt ceux-là.

Les grands magasins ne cessent de nous surprendre

Ci-dessus Walmart Super Center

Gigantesque

10h00 du soir

Presque désert mais ouvert 24h/24h 7j/7j.

Par contre la ruche le samedi.

Et on y trouve de tout.

20170827_141651

Des chips de toutes sortes, parfumées à tout, vegan, bio, pas bio, mexicaines, BBQ bien sûr.

Des chips mais aussi des armes bien sûr. Et des armes pour tous les âges.

Mais attention, petit rappel, il faut remplir de multiples conditions (pas rédhibitoires) pour en acheter et acheter une arme pour quelqu’un qui ne remplirait pas les conditions est bien entendu totalement illégaL

20170827_212002.jpg

Bon à côté de ça, Disney a encore frappé, mais là il ne s’agit que de canes à pêche.

Mais qu’on ne s’y trompe pas, si on veut acheter à manger, à boire, de quoi équiper toute la maison ou sa voiture, tout y est.

Nous continuons notre exploration de l’hyper société de consommation.

On peut tout se procurer, mais en gros conditionnements; il faut bien remplir le frigo. Et on ne sait jamais, si on venait à manquer…

Cerises à gogo

C’est pas incroyable ça ?

20170812_154448.jpg

Des cerises en plein mois d’août !!!

Environ 5 € le kg !!!

Elles viennent du nord-ouest des USA. Oregon ou Washington.

Moi qui tuerais père et mère pour un kg de cerises (It’s a way of speaking of course, une façon de parler), ici ce n’est pas nécessaire; le pays est tellement grand qu’ils doivent avoir des cerises de mai à août je pense.

Sprouts – Le grand magasin Bio

Un choix énorme

Des produits en provenance du nord comme du sud des Etats Unis.

Mais empreinte carbone et emballages énormes.

20170801_182249.jpg

Plutôt cher

Mais il faut savoir ce qu’on veut.

20170801_185318.jpg

La sorcière de Blanche-Neige n’a que l’embarras du choix : pommes bio au départ mais…

 

Une chose rigolote : la même odeur que chez Satoriz quand on rentre.