Et si le Far-West était encore là, même dans la nourriture ?

Au tout début, j’avais remarqué qu’ici tout était gros. Je ne pouvais imaginer à quel point.

20171009_173401

Ce qui est intéressant, c’est d’être à la fois dedans ET du point de vue de l’observateur.

Bien entendu, il est toujours plus facile d’aller voir la paille dans l’œil de son voisin…

Puissions nous être aussi curieux et « critiques positifs » quand nous serons de retour.

4f535cfbf1c29be41b9d9bccbb31ba05

Le fils d’amis d’Aix Les Bains, qui est pompier aux USA, fait le constat qu’ils ont énormément d’interventions pour des problèmes liés aux maladies cardio-vasculaires, clairement liées à la nourriture. Il dit qu’au US, par rapport à la bouffe, ils ne remettent rien en question car c’est culturel d’après lui. Une fatalité qu’il faut admettre.

La mal-bouffe serait donc culturelle…

594bc6bd3f46ff331476280671d7745c

Le ranch des poulets sans os.

J’avoue que je ne sais quoi penser du côté « culturel ». Pourquoi des quantités aussi importantes, pourquoi malgré les apparences une grande uniformité et une toute petite variété des produits, pourquoi autant de sucreries ?

Ce qui me vient et je crois l’avoir écrit dans le blog ou bien c’est dans un article à venir, c’est qu’ils ne sont jamais vraiment sortis du far-west.

Du temps de la conquête :

Ils n’avaient pas grand chose à manger.

Il n’y avait pas une immense variété (sauf en Californie sans doute, mais ils ont vraiment dû parcourir du chemin avant d’arriver là).

Pour la plupart, c’étaient des pionniers issus de pays où on crevait de faim et où bien souvent la variété n’était pas au rendez vous non plus.

Ils avaient tous une vie plutôt amère avant d’avoir trouvé où s’installer (et peut-être même après, en témoignent dans les petits villages isolés toutes ces tombes de tout petits, morts très tôt ou même à la naissance).

D’où peut-être des gens qui se sont remplis pour compenser tout ça, des gens qui ont eu besoin de douceurs, et donc des habitudes alimentaires d’aujourd’hui qui viennent de loin.

669dbfdbb9066e98c06c5497ac146604

Ok, laquelle ça va être aujourd’hui ? Laqueelllllle ça va être aujourd’hui ?

Psychologie alimentaire de bar tabac de ma part ?  Peut-être,  mais je pense sérieusement que le far-west n’est jamais loin.

Les pubs dans la boîte aux lettres

Comme partout, on peut faire des affaires en période de rentrée.

Partout, des « Clearance », c’est-à-dire, on solde pour faire du vide (to clear). Mais quand on solde, on solde : -80%.

Et évidemment, nous trouvons notre boîte aux lettres remplie de pubs…

Ici, tout se vend par lots, enfin beaucoup de choses.

Une variété extraordinaire et des produits plutôt très bons, notamment les fruits, pour des prix très corrects.

Ci dessus, on insiste sur le non gâchis de nourriture, on dit qu’on fournit l’équivalent des restos du coeur, qu’on encourage les fermes locales et qu’on utilise du compost; le bio a totalement droit de cité, plus cher, mais très présent.

Mais les pubs dans les boîtes aux lettres, c’est aussi ça, saison de la chasse oblige.

On peut aussi se faire plaisir avec la mythique Winchester ou copie de Wynchester.

20170906_192918

Et pour un autre type de chasse

Il y a même des rabais et ce n’est pas si cher que ça, tout bien considéré.

Il faut convenir que ce sont malgré tout des petits calibres, mais on peut trouver les gros. Pas de souci !

Cerises à gogo

C’est pas incroyable ça ?

20170812_154448.jpg

Des cerises en plein mois d’août !!!

Environ 5 € le kg !!!

Elles viennent du nord-ouest des USA. Oregon ou Washington.

Moi qui tuerais père et mère pour un kg de cerises (It’s a way of speaking of course, une façon de parler), ici ce n’est pas nécessaire; le pays est tellement grand qu’ils doivent avoir des cerises de mai à août je pense.